Négocier des accords justes autour de la construction des grands barrages

GWI Afrique de l’Ouest a publié une nouvelle animation qui explique comment des accords peuvent être mis en place entre les pouvoirs publics et les communautés affectées pour veiller à ce que les grands barrages apportent des bénéfices à tous.

Negocier accords justes autour grands barrages Photo: GWI

La construction de barrages a suscité des controverses lorsque les communautés locales dont les vies ont été bouleversées pour céder la place au barrage n’ont pas reçu les opportunités d’améliorer leurs moyens d’existence, les compensations et/ou les services qui leur ont été promis par les politiciens.

De meilleurs axes routiers et de meilleurs approvisionnements en eau, un accès garanti aux terres irriguées, des réservoirs de pêche, des écoles, des cliniques et des marchés figurent parmi les avantages que les barrages peuvent apporter aux populations locales.

Mais le passé a montré que, durant les négociations préalables à la construction d’un barrage, les politiciens surestiment souvent les avantages que les populations locales pourront en tirer et tendent à minimiser ses inconvénients. Les promesses non tenues par la suite engendrent la frustration des communautés et créent des tensions entre les pouvoirs publics et les personnes déplacées.

L’animation, intitulée « Négocier des accords justes entre les pouvoirs publics et les communautés affectées par les barrages », explique comment des accords formels peuvent être utilisés pour mettre par écrit les dispositions avant la construction, conformément aux directives de la CEDEAO sur le développement d’infrastructures hydrauliques. Ce procédé permet de veiller à ce que les pouvoirs publics clarifient leurs engagements et à ce que les populations affectées puissent mieux comprendre comment le projet les affectera.

En faisant des promesses claires et contraignantes, les politiciens sont moins tentés d’exagérer les avantages que les barrages apporteront. Dans le même temps, les populations locales peuvent s’appuyer sur l’accord pour obliger les pouvoirs publics à leur rendre des comptes.

« Cette animation donne aux responsables publics un aperçu rapide et simple de la façon dont les accords peuvent être mis en place pour faire en sorte que la construction de grands barrages soit équitable pour les communautés dont ils bouleversent la vie », explique Jérôme Koundouno, coordonnateur régional du programme GWI Afrique de l’Ouest à l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

« Ces contrats – qu’il s’agisse de documents juridiques ou d’accords mutuels – encouragent les pouvoirs publics à être réalistes quant aux bénéfices pour les populations locales et constituent un mécanisme pour impliquer les communautés dans les discussions sur la croissance économique, l’accès aux ressources et les opportunités d’améliorer les moyens d’existence qu’apportera le barrage. »

« Ils contribuent à maintenir des relations saines entre les communautés locales et les autres parties prenantes dans le projet de barrage − les pouvoirs publics, les investisseurs et les bailleurs de fonds – en évitant les cas de troubles sociaux et la frustration intergénérationnelle que l’on a pu voir au cours de certains programmes de réinstallation. » 

Une version en anglais est également disponible.

Go to top