Le braconnage est à l’origine du pire déclin subi par l’éléphant d’Afrique depuis 25 ans, selon un rapport de l’UICN

L’ensemble de la population de l’Éléphant d’Afrique a connu son pire déclin depuis 25 ans, principalement en raison du braconnage pendant les 10 dernières années, selon le Rapport sur le statut de l’Éléphant d’Afrique présenté aujourd’hui, lors de la 17e session de la Conférence des Parties à la CITES, qui se tient à Johannesburg, Afrique du Sud. 

Elephants in Amboseli National Park, Kenya Photo: Julian Blanc

Elephants in Amboseli National Park, Kenya

Ce rapport est la source de référence concernant les effectifs et la répartition des populations d'éléphants d'Afrique dans les 37 États de leur aire de répartition en Afrique sub-saharienne.

Il comporte plus de 275 estimations nouvelles ou mises à jour pour des populations d'éléphants dans tout le continent africain, dont plus de 180 sont issues de relevés systématiques. Pour la première fois depuis près d'une décennie, le rapport présente le nombre total d'éléphants sur le plan continental, régional et national, et examine l’évolution des estimations des effectifs au niveau des sites.

Sur la base d’estimations provenant d'un large éventail de sources – relevés aériens et comptage des crottins d’éléphant – le nombre d’éléphants estimé en 2015 est inférieur de 93 000 à celui de 2006. Cependant, ce chiffre inclue 18 000 individus de populations qui n’avait pas été comptées auparavant, ce qui signifie que le vrai déclin à partir des estimations se rapprocherait plus de 111 000. L’effectif total du continent est maintenant estimé à 415 000 éléphants, mais il peut y avoir entre 117 000 et 135 000 éléphants de plus dans des zones n’ayant pas été systématiquement recensées.

La montée du braconnage pour l'ivoire, qui a commencé il y a environ une décennie – l’épisode le plus grave de ce genre connu en Afrique depuis les années 1970 et 1980 – a été la cause principale de ce déclin, tandis que la destruction des habitats représente une menace croissante pour la survie de l’espèce sur le long terme, d’après le rapport.

 « Ces nouveaux chiffres révèlent le sort vraiment alarmant de cette espèce majestueuse - l'un des animaux les plus intelligents du monde et le plus grand mammifère terrestre vivant actuellement, », affirme Mme Inger Andersen, Directrice générale de l'UICN. «Il est choquant mais pas surprenant que le braconnage ait des effets si dramatiques sur cette espèce emblématique. Ce rapport fournit de nouvelles preuves scientifiques de la nécessité d'intensifier les efforts pour la lutte contre le trafic illégal d'espèces sauvages. Entre-temps, les efforts entrepris pour combattre le braconnage ne doivent pas nous faire oublier d’autres menaces de plus en plus dévastatrices, comme la destruction des habitats. »

Sur le plan régional, avec plus de 70% des effectifs totaux estimés, la population d’éléphants d'Afrique australe est de loin la plus nombreuse du continent : 293 000 éléphants environ dans les zones faisant l’objet de relevés systématiques. L’Afrique de l'Est possède environ 86 000 éléphants (20%), tandis que l'Afrique centrale en a environ 24 000 (6%). La population d’éléphants d’Afrique de l'Ouest reste la moins nombreuse au niveau régional, avec environ 11 000 éléphants (moins de 3%).

L’Afrique de l'Est - la région la plus touchée par le braconnage - a connu une réduction de la population d'éléphants de près de 50%, attribuable en grande partie à un déclin de plus de 60% des effectifs de Tanzanie. Malgré des baisses constatées sur certains sites, depuis 2006, les effectifs de l’espèce restent stables ou sont en augmentation en Ouganda, au Kenya et au Rwanda, et une extension de l’aire de répartition a été observée au Kenya.

La population d’éléphants de forêt d'Afrique centrale a aussi été fortement touchée par le braconnage pour l'ivoire, depuis les années 1990. Autrefois, la République Démocratique du Congo détenait l’une des populations d’éléphants de foret les plus importantes d’Afrique, qui a depuis été réduite à de petites  populations résiduelles. Maintenant, le Gabon et le Congo abritent les populations d'éléphants de forêt les plus importantes du continent africain, mais les deux pays ont été affectés par un fort braconnage au cours des dernières années, tout comme les populations de foret et de savane du Cameroun. Les populations de savane du Tchad ont enregistré de lourdes pertes et celles de la République centrafricaine ont presque entièrement disparu.

Les populations d'éléphants d'Afrique de l'Ouest sont pour la plupart petites, fragmentées et isolées. Depuis 2006, 12 populations ont disparu, en Côte d'Ivoire, au Ghana, en Guinée Bissau, au Sierra Leone, au Togo, en Guinée et au Nigéria. La population d'éléphants du Complexe transfrontalier du « WAP », à cheval sur la frontière entre le Bénin, le Burkina Faso et le Niger, reste le bastion de la population d'éléphants d'Afrique de l'Ouest.

S’il est vrai que le braconnage n'a pas eu le même impact en Afrique australe que dans d'autres secteurs du continent, la région est maintenant confrontée à une menace croissante liée au braconnage. Des baisses des effectifs ont été observées au Mozambique et dans certaines régions du Zimbabwe, tandis que les grandes populations de Namibie, d’Afrique du Sud et du Zimbabwe sont stables ou en augmentation. Au Botswana, on constate une extension de l’aire de répartition.  
Il y a encore de l'incertitude quant à la taille exacte de la population d'éléphants dans la zone transfrontalière de conservation de « KAZA », qui détient la plus grande population du continent, et il reste primordial d'entreprendre une enquête coordonnée sur cette population.

"C’est la première fois depuis 2006 que nous avons élaboré un rapport sur le statut de l'Éléphant d'Afrique comportant la mise à jour et l'analyse des effectifs d'éléphants et de leur répartition à l’échelle de l’ensemble du continent, » déclare Holly Dublin, Présidente du Groupe de spécialistes de l'Éléphant d'Afrique de la Commission de la sauvegarde des espèces de l'UICN, qui a dirigé la préparation du rapport. « Ce rapport souligne à quel point il est important de surveiller, d’évaluer et d’analyser régulièrement la situation de l'Éléphant d'Afrique. Il est essentiel de connaître les effectifs et leur répartition afin de reconnaître les menaces qui pèsent sur l’espèce, de bien cibler les actions de conservation et d'évaluer leur efficacité. Cela a été possible grâce à incroyable réseau d'experts et de partenaires du Groupe de spécialistes de l’Éléphant d’Afrique. »

La fiabilité et la couverture des estimations des populations d’éléphants de savane dans l’ensemble du continent ont été améliorées, et de nombreuses populations forestières en Afrique centrale ont été recensées pour la première fois.

« Ce rapport ne fournit pas seulement des informations sur l’évolution des effectifs de l’Éléphant d’Afrique ; en raison de son caractère spatial, il montre aussi où ces changements se produisent, » déclare Chris Thouless, Président du Groupe de travail sur l'examen des données du GSEAf et auteur principal du rapport. « Il suit de nombreuses populations d'éléphants au fil du temps et au niveau des sites, ce qui nous permet d'en apprendre plus sur les causes de la disparition ou du maintien des populations dans certaines zones. Ces informations détaillées sont essentielles afin de comprendre ce qui provoque des changements dans les populations d’éléphants. »

Le rapport a été élaboré par le Groupe de spécialistes de l’Éléphant d’Afrique de la Commission de la sauvegarde des espèces de l'UICN, en partenariat avec Vulcan Inc., une société de Paul G. Allen, et Save the Elephants, une organisation à but non lucratif basée au Kenya.  Il utilise les informations de la base de données relative à l’espèce créée par le Groupe de spécialistes de l’Éléphant d’Afrique de l'UICN, qui est la base de données spatiale la plus complète au monde sur l'état d’une espèce de mammifère de large répartition à l'état sauvage.

La lutte contre le braconnage et le commerce illégal de l'ivoire est l’un des enjeux principaux de la 17e Conférence des Parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

Pour plus d’informations ou pour des interviews, veuillez contacter:

À Johannesburg: À Johannesburg: Christine Mentzel, Christine.Mentzel@iucn.org , tel.:+27 74 452 0750

En Suisse: Lynne Labanne, +41795277221, Lynne.labanne@iucn.org , Ewa Magiera, +41 76 505 33 78, ewa.magiera@iucn.org

Notes pour les rédacteurs

  • Les rapports sur le statut de l’Éléphant d’Afrique présentent des estimations tirées de relevés de toutes sortes, ainsi que de connaissances spécialisées.
  • Tous les relevés aériens du grand recensement des éléphants (http://www.greatelephantcensus.com/), un projet de Paul G. Allen, ainsi que les données du comptage des crottins d’éléphants en Afrique centrale, effectué principalement par la Wildlife Conservation Society (WCS) et le Fonds mondial pour la nature (WWF), ont été transmis par l’intermédiaire de la base de données sur l’Éléphant d’Afrique pour inclusion dans ce rapport. 
  • La variation des effectifs au fil du temps est comparable uniquement pour les zones où des relevés fiables ont été utilisés. Les données relatives au déclin des populations de l’Éléphant d’Afrique que présente ce rapport découlent de la comparaison entre des estimations provenant de relevés fiables pour 2015 et des estimations issues de relevés fiables pour 2006, reportées dans le Rapport sur le statut de l’Éléphant d’Afrique 2007. 
Location: 
Go to top