Un parc national africain retiré de la liste du Patrimoine mondial en péril sur les conseils de l’UICN

Le Parc national de la Comoé en Côte d’Ivoire a été retiré de la liste du Patrimoine mondial en péril aujourd’hui, car sa faune se reconstitue après avoir été durement touchée par l’instabilité civile. Cette décision fait suite à la recommandation de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l’organe consultatif officiel du Comité du Patrimoine mondial de l’UNESCO, qui se réunit cette semaine à Cracovie, Pologne. 

Photo: OIPR - Ivorian parks service

Elephants in Comoé National Park, Côte d'Ivoire

Il s’agit du premier site du Patrimoine mondial en Afrique de l’Ouest et centrale à être retiré de la liste en péril en plus de dix ans, alors que la moitié des 20 sites naturels du Patrimoine mondial de la région sont répertoriés comme étant « en péril ».

Les populations d’espèces dans le Parc national de la Comoé de Côté d’Ivoire sont en augmentation pour la première fois depuis presque 15 ans, grâce à la gestion efficace du parc qui a fait suite à la stabilisation de la situation politique en 2012. Une mission de terrain de l’UICN en début d’année a confirmé les chiffres encourageants pour les populations de chimpanzés et d'éléphants, que l’on croyait disparus du parc. La Côte d’Ivoire a connu un déclin d’environ 90% de sa population de chimpanzés depuis le début des années 1990. On estime qu’environ 300 chimpanzés et environ 120 éléphants vivent aujourd’hui dans le Parc national de la Comoé.

« Le Parc national de la Comoé est une source d’inspiration, et montre que le rétablissement des sites du Patrimoine mondial touchés par l’instabilité civile est possible » affirme Tim Badman, Directeur du Programme du patrimoine mondial de l’UICN. « Cela prouve encore une fois que les mesures en faveur de la conservation fonctionnent lorsqu’on leur donne une chance. L’UICN félicite le gouvernement de Côte d’Ivoire, la direction et les gardes forestiers du parc, qui ont rendu ce succès possible. »

L’Afrique de Ouest et central compte 20 sites naturels du Patrimoine mondial. Ils accueillent des espèces emblématiques comme les grands singes, les grands félins, les éléphants et les rhinocéros. Cependant, du fait de l’instabilité de la région, 10 de ces sites sont classés « en péril », depuis des décennies pour certains d’entre eux. Les cinq sites du Patrimoine mondial de la République démocratique du Congo sont en péril, notamment le plus vieux parc d’Afrique, le Parc national des Virunga, confronté à de sérieuses menaces depuis plus de 20 ans – braconnage, conflits armés, et projets pétroliers et gaziers, entre autres. Dans le monde, 18 sites naturels du Patrimoine mondial sont inscrits sur la liste en péril.

Le Parc national de la Comoé, l’une des plus vastes aires protégées d’Afrique de l’Ouest, a été inscrit sur la liste du Patrimoine mondial en péril en 2003. Il est en effet menacé par l’exploitation agricole, l’extraction d’or illégale et le braconnage, qui affectent ses populations d’espèces. Ces facteurs ont été exacerbés par l’instabilité politique. Du fait de l’insécurité de la région, le personnel du parc était dans l’incapacité d’accéder à certaines zones. À la fin des troubles civils en 2012, la direction a pu retrouver le contrôle du site et reprendre le travail en faveur de la conservation.

Le parc bénéficie aujourd’hui d'un nouveau plan de gestion, élaboré en consultation avec les communautés locales qui participent à la surveillance de la faune et à d’autres activités en faveur de la conservation. Cependant, certaines menaces perdurent au sein du parc, comme l’exploitation agricole et les mines d’or artisanales. De telles activités menacent les principaux habitats des espèces, et il convient d’agir pour les éradiquer, selon l’UICN.

« La décision du Comité de retirer Comoé de la Liste du patrimoine en péril est une reconnaissance des efforts déployé par le gouvernement de Côte d'Ivoire et l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR), dit Adama Tondossama, Directeur Général de l’OIPR, l’autorité responsable des parcs nationaux en Côte d’Ivoire. Elle traduit également les défis que la gestion du parc devra relever pour maintenir et renforcer les acquis de ces dernières années. »

Inscrit sur la liste des sites du Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983, le Parc national de la Comoé contient une variété remarquable d’habitats, notamment des savanes, des prairies et des forêts. Il accueille 620 espèces de plantes, 500 espèces d’oiseaux, 135 espèces de mammifères, 35 espèces d’amphibiens et 60 espèces de poissons. La plupart des animaux qui vivent dans le parc sont classés En danger sur la Liste rouge de l'UICN des espèces menacéesTM, notamment le crocodile nain, le chimpanzé, le chien sauvage d’Afrique et l’éléphant d’Afrique.

 

Pour plus d’informations ou planifier des interviews:

L'UICN a la 41ème session du Comité du Patrimoine mondial à Cracovie, Pologne 

Ewa Magiera, Chargée des relations avec les médias, ewa.magiera@iucn.org +41 76 505 33 78

Célia Zwahlen, Chargée des communications sur le Patrimoine mondial, celia.zwahlen@iucn.org +41 22 999 07 16

Work area: 
Go to top